Les conférences et rencontres 2015


Lundi 6 juillet 2015

14h>16h : Parcours urbains judéo-espagnols

Istanbul - Paris - Buenos Aires - Marseille

Avec Yoann Morvan, Javier Leibiusky, Xavier Rothéa.
Modération : Marie-Christine Bornes-Varol

La culture judéo-espagnole est essentiellement urbaine et très liée à la vie commerciale des grandes métropoles et des ports. Les Judéo-espagnols n'ont jamais été regroupés dans des ghettos mais ont toujours vécu dans des quartiers abritant d'autres communautés avec lesquelles les interactions étaient fréquentes.
Il existe des quartiers d'implantation privilégiés en raison de solidarités familiales, commerciales et religieuses. Ces quartiers à composante sépharade évoluent dans le temps suivant les dynamiques propres au groupe.

Mardi 7 juillet 2015

14h>16h : Les communautés judéo-espagnoles en Amérique du Nord

Avec Devin E. Naar, Jessica Roda, Annaëlle de Pas. Intervention de Devin E. Naar en judéo-espagnol avec traduction écrite fournie.

Modération : Jean-Claude Kuperminc.

Des Juifs sépharades se sont établis en Amérique du Nord dès le milieu du XVIIe siècle pour échapper à l'Inquisition qui sévissait dans les colonies espagnoles et portugaises. Ils ont été rejoints à la fin du XIXe siècle par des Juifs venus de l'Empire ottoman. Des communautés importantes ont ainsi vu le jour à New-York, Seattle, Portland, Los Angeles, Miami, Montréal et Toronto, parfois éclipsées par des communautés ashkénazes beaucoup plus nombreuses. L'histoire de ces communautés judéo-espagnoles d'Amérique du Nord suscite aujourd'hui de plus en plus d'études et correspond à un renouveau communautaire.

Mercredi 8 juillet 2015

14h>16h : Les judéo-espagnols après le génocide

Communication en anglais du Pr. Isaac Jack Lévy
After the Holocaust : The Forgotten Sephardi (traduction écrite fournie).

La littérature à l'épreuve du génocide
Lecture de textes de Marcel Cohen par Laurent Natrella, sociétaire de la Comédie française.

Le génocide pose de considérables problèmes de représentation à tout artiste. Faut-il s'efforcer de tout dire quand l'essentiel ne peut se figurer ? Comment rendre sensible ce qui n'est plus ? Comment maîtriser une mémoire qui fait défaut ? Peut-on faire oeuvre d'artiste en rendant compte de la destruction ? Les poètes et écrivains judéo-espagnols ont été confrontés comme d'autres à ces redoutables incertitudes.

Jeudi 9 juillet 2015

14h>16h : Cures et pratiques magiques dans le monde judéo-espagnol

Présentation : Henri Nahum. Avec Isaac
Jack Lévy, Marie-Christine Bornes-Varol, Pilar Romeu Ferré.

Intervention du Pr. Isaac Jack Lévy en judéo-espagnol : La mujer Sefardi : Guardian de la kaza (traduction écrite fournie).
Les pratiques médico-religieuses dans le monde judéo-espagnol sont peu étudiées et souffrent d'un discrédit les reléguant au rang de traditions obscurantistes. Pourtant elles constituent un pan essentiel de la culture sépharade qui plonge ses racines dans les médecines savantes arabo-andalouse et gréco-romaine. On en trouve des traces importantes dans la tradition orale (proverbiers, cancionero) et écrite (segulot). Loin de s'opposer à la médecine savante, ces pratiques interviennent de façon complémentaire en palliant les nombreuses lacunes de celle-ci et en prenant en charge les dimensions psychologiques, affectives et symboliques liées à la maladie.

Vendredi 10 juillet 2015

14h>15h : Conférence musicale de Susana Weich-Shahak

La richesse thématique du Romancero judéo-espagnol marocain : thèmes du passé médiéval hispanique.

 15h>16h30 : Première du film Las Ultimas Palavras de Rita Ender et Yorgo Demir. (Istanbul, 2015, turc avec sous-titres français) en présence des réalisateurs.

Las Ultimas palavras (Les Derniers mots), tourné en 2014 et 2015 explore l'usage du judéo-espagnol dans la jeune génération sépharade de Turquie née dans les années 1980 et 1990. Bien que la langue ne soit plus parlée de façon courante, de nombreuses locutions continuent d'être utilisées par des jeunes qui sont toujours conscients de cet héritage. La façon dont ils le perçoivent et envisagent son avenir est l'une des interrogations majeures de ce film.

Comments